Comment réussir le sevrage de son bébé ?

Le sevrage peut être compris comme la période pendant laquelle le bébé commence à consommer d’autres aliments que le lait. Jusqu’à ce que votre bébé atteigne l’âge de 6 mois, l’allaitement est le meilleur régime à tous les points de vue. Mais ensuite, entre 9 et 12 mois il faut songer progressivement à le faire passer vers une alimentation intégrant des composants solides sans pour autant stopper l’allaitement. 

Un sevrage en douceur

Un bon sevrage doit être mené de façon graduelle, en commençant à intéresser le bébé à de nouvelles saveurs. Dans le même temps, vous commencez à choisir une tétée dans la journée dont il peut se passer et vous la coupez petit à petit. Tout cela doit se passer assez naturellement.

A lire aussi : Lissage brésilien à la kératine : Découvrez !

Par expérience, on a noté que les bébés sont très attachés aux tétées du matin et du soir. Conservez donc celles-ci le plus longtemps possible en remplaçant en douceur les autres par des aliments variés adaptés à ses goûts et à son âge. Le but est de les espacer progressivement. Vous pouvez aller sur ce site web pour en savoir plus.

Il faut à tout prix éviter un arrêt brusque de l’allaitement pour ne pas traumatiser l’enfant et vous créer un engorgement des seins. Vous pouvez commencer par exemple à raccourcir la durée de chaque tétée et changer pas à pas votre routine. Chaque bébé est un cas particulier et le sevrage peut passer plus ou moins vite d’un enfant à un autre.

Sujet a lire : Pourquoi acheter des articles d’occasion pour enfant en déstockage ?

Sur le plan émotionnel, le sevrage représente un changement important pour la mère et pour l’enfant. Les tétées étant des moments privilégiés pendant lesquels les liens mère enfant se renforcent.

Quels aliments pour remplacer progressivement la tétée ?

Vous pouvez tirer votre lait que vous donnerez au bébé dans un verre à bec ou un biberon pour espacer les tétées. Mais prévoyez tout de même des aliments variés et riches en énergie, en protéines et en fer. On conseille souvent les arachides, le soja, ou d'autres graines oléagineuses pour leurs valeurs nutritives.

Beaucoup de mères ont recours dans un premier temps à des purées industrielles ou réalisées à la maison. Mais tôt ou tard, il faudra initier l’enfant à l’alimentation familiale car c’est aussi ainsi qu’il commence à faire partie de sa communauté. Sachez que les aliments du commerce sont connus pour délivrer des apports en sucre assez élevés.

Lorsque votre bébé partage le repas familial, d’une part il a accès à des aliments non transformés et d’autre part il est motivé pour mener des découvertes alimentaires. Cette démarche a aussi l’avantage de ne pas accaparer les parents à la préparation des repas de l’enfant.

Le bébé découvre, entouré de sa famille, des couleurs, des goûts et des odeurs qui élargissent son horizon. En étant encouragé à s’alimenter dans ces conditions, il améliore aussi sa motricité fine et une certaine confiance en lui.

Copyright 2024. Tous Droits Réservés